Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 5 : Frodo continue sa chute

La dernière fois, nous disions que Frodo ne cessait de plonger dans le péché, si on peut dire, qu’il cédait de plus en plus profondément aux tentations, et n’était sauvé en dernière instance que par la Providence. Nous évoquions l’épisode de Weathertop et la poursuite commencée des Nazgûls.

Plus tard, il ne sera sauvé que par la rencontre de Glorfindel, qui, lui prêtant son cheval, lui permettra d’échapper aux Cavaliers Noirs, puis par Elrond, qui libérera les eaux de la rivière et soignera sa blessure. Durant ce premier livre, Frodo aura connu un lent déclin, cédant progressivement à la tentation, et, au bout du compte, sa défaite sera complète.

Mais cela constituera sans doute pour lui une sorte de leçon : dès lors, une nouvelle ère commence, et Frodo ne cèdera plus aussi explicitement et manifestement à la tentation, s’acheminant sans plus se détourner de sa route vers Mordor. Pour autant, il ne sera pas tel qu’une machine, comme ses doutes et ses hésitations le montrent suffisamment ; et sa déchéance physique autant que que spirituelle sera bien présente, quoique consciente et acceptée : Frodo se sait ou se croit condamné, et n’espère plus consciemment en la possibilité de l’Immortalité et de la Puissance, mais il n’espère pas non plus être délivré un jour de l’empire de l’Anneau.

Ainsi, au second chapitre du second livre, “The Council of Elrond”, il choisit volontairement de faire ce qu’on attend de lui qu’il fasse, c’est-à-dire de s’en remettre à la Providence : “‘I will take the Ring,’ he said, ‘though I do not know the way'” (288). Frodo, dans l’ignorance du chemin qu’il doit suivre, s’en remet entièrement au sort Mais la logique l’en pousse inexorablement à céder à la tentation et à connaître la défaite, à voir son esprit tout entier asservi. Pourtant, librement, il choisit de se soumettre : “‘But it is a heavy burden. So heavy that none could lay it on another. I do not lay it on you. But if you take it freely, I will say that your choice is right'” (288), lui dit Elrond. Frodo use de son libre arbitre pour tenter d’échapper à la déchéance tout en subissant le mouvement irrésistible du déclin. Frodo est le seul à pouvoir faire cela, car en léguant l’Anneau à un autre, il ne ferait que le corrompre et lui donner la possibilité d’asservir la terre du Milieu : Frodo se sait d’ores et déjà corrompu, et il s’y résigne, mais son esprit demeure libre, et il peut tenter de trouver un chemin vers la délivrance malgré sa corruption.

Dans un premier temps, le rôle de Frodo sera estompé par la présence protectrice de Gandalf et de ses amis : il semble alors ne pas pouvoir tomber, et les tensions ne convergeront plus vers lui durant un certain temps. Il est entièrement soumis à la volonté de l’Envoyé du Ciel qu’est le mage gris : alors que les neuf compagnons sont devant l’entrée des Mines de Moria : “‘I do not wish to go,’ he said; but neither do I wish to refuse the advice of Gandalf'” (314). Ce qui le distingue, c’est l’indécision ; et, finalement, tous sont conduits par les circonstances et par Gandalf à choisir cette voie. Les seuls faits remarquables, avant la chute du Magicien, sont ceux qui montrent de quelle façon Frodo attire à soi le Mal et ses manifestations. D’abord, un monstre reposant au fond du lac qui s’étend devant les portes de Moria le saisit de l’un de ses innombrables tentacules, et Gandalf “did not speak aloud his thought that whatever it was that dwelt in the lake, it has seized on Frodo first among all the Company” (327). Une curieuse répétition de cette prédilection pour Frodo de la part des serviteurs de Sauron est illustrée par un “huge orc-chieftain, almost man-high, clad in black mail from head to foot”, qui surgit brusquement : “Diving under Aragorn’s blow with the speed of a striking snake he charged into the Company and thrust with his spear straight at Frodo” (343). Le Mal converge sur lui de façon quasi délibérée, comme si l’Anneau l’attirait irrésistiblement : et pour cette raison il doit subir sa puissance. Et pourtant, parallèlement, il perçoit ce que les autres ne perçoivent pas, comme s’il disposait d’un sixième sens : il est l’un des seuls à entendre le pas de Gollum : “Yet Frodo began to hear, or to imagine that he heard, something else : like the faint fall of soft bare feet” (329). L’Anneau lui donne cette acuité, comme si sa puissance s’accroissait à mesure que le Mal se saisissait de lui.

L’épisode qui ensuite paraît important dans le périple de Frodo est celui de la traversée de Lothlorien. Il y subit une sorte de tentation, celle de rester dans ce lieu immortel jusqu’à la fin. Mais il n’y succombe pas. Il regarde dans le Miroir de Galadriel, et il y voit l’OEil, qu’il sait être à sa recherche : “But he also knew that it could not see him – not yet, not unless he willed it. The Ring that hung upon its chain about his neck grew heavy, heavier than a great stone, and his head was dragged downwards” (383). L’Anneau lui pèse avec d’autant plus de force qu’il est à proximité de son maître, de celui qui l’a forgé, Sauron. Or, on sait d’ores et déjà que l’objectif de Frodo est de s’approcher de lui le plus possible : c’est le seul moyen de détruire l’Anneau. Le poids sera donc nécessairement toujours plus grand.

Effectivement, l’objet maléfique s’avère une charge de plus en plus lourde à mesure que les évènements s’accomplissent, et Frodo est de plus en plus écrasé par sa puissance : il est comme attiré vers le bas par son poids, et il tend à sombrer toujours davantage dans les profondeurs du Mal ; il tend à tomber dans l’insondable pupille de l’OEil : “The Eye was rimmed with fire, but was itself glazed, yellow as a cat’s, watchful and intent, and the black slit of its pupil opened on a pit, a window into nothing” (383). Vers ce puits sans fond, Frodo est attiré. Là réside la tentation, car il pourrait être le maître de Lothlorien et de Galadriel, s’il le voulait : c’est bien ainsi qu’il offre à cette dernière l’Anneau, ayant peut-être encore la faiblesse de croire en la possibilité d’une immortalité conciliée avec le Bien.

(À suivre.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.