Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 4 : de tentation en tentation

La dernière fois, nous parlions de l’écriture du livre de Tolkien en montrant que le personnage principal, Frodo, s’assombrissait au fil des versions successives.

Au début du second chapitre, le narrateur laisse entendre que Frodo acquiert une mauvaise réputation par ses étrangetés, parmi lesquelles sont ses promenades forestières à la clarté des étoiles – et le soupçon naît qu’il rend visite aux Elfes : il semble déjà rejeté de l’univers strictement hobbitien, car il franchit des seuils interdits. Mais l’allusion est ambiguë, car on pourrait penser que ce rejet à la marge se fait pour le mieux : le monde des Elfes n’est-il pas supérieur à celui des Hobbits ? La sensation de déclin dépend ici d’une perception hobbitienne du monde : c’est en se plaçant de ce point de vue qu’on peut avoir l’impression que Frodo se perd en compagnie des Immortels.

Ces périples dans leur pays préparent au fond au voyage que Frodo s’apprête à effectuer : le monde extérieur sera pour lui l’occasion d’une inéluctable déchéance sociale.

Or ses contacts avec le monde elfique pourraient donner l’illusion que Frodo obtient l’immortalité : l’anneau forgé par Sauron donne au mortel qui le possède une extraordinaire longévité. Mais ce cadeau est empoisonné, et si cette longévité est d’abord enviée, les Hobbits la jugent rapidement bizarre (“queer”). Encore une fois, ce qui peut paraître positif est balayé par une humeur négative prépondérante.

Très vite, l’Anneau exerce sur Frodo une véritable fascination ; lorsque Gandalf lui ordonne de le jeter au feu, il ne le peut pas : “‘You see? Already you too, Frodo, cannot easily let it go, nor will to damage it'” (74). Frodo est comme possédé par son désir d’immortalité, comme il l’est par ses visions lointaines et ses rêves. Ce désir le pousse en avant ; mais de lui aussi viendra la ruine : “The gold looked very fair and pure, and Frodo thought how rich and beautiful was its colour, how perfect was its roundness” (74). Frodo croit en la perfection de son objet, et cette littérale idolâtrie le perdra, puisque, comme le dit Gandalf : “‘A mortal, Frodo, who keeps one of the Great Rings, does not die, but he does not grow or obtain more life, he merely continues, until at last every minute is a weariness. And if he often uses the Ring to make himself invisible, he fades'” (60) : l’Anneau ne donne pas la vie, mais il empêche de mourir, il prive le mortel de son éternel repos – voire de sa résurrection ; or, Frodo lui-même tendra à s’estomper, dans le sens où il ne cessera de décliner, précisément parce qu’il tendra à être possédé par l’esprit de l’Anneau : sa vie disparaîtra, mais lui-même demeurera dans le monde, il ne mourra pas.

Bien vite, le souhait de voyager saisit Frodo : il désire intensément Rivendell et le pays des Elfes. Et telle sera sa première étape. Mais de nouveau le départ sera assombri par de mauvais présages, dont le principal est l’absence de Gandalf, puis par de multiples péripéties, comme si le monde extérieur n’était réellement pas plus fait pour le Hobbit que l’immortalité. Frodo connaît alors ses premières chutes : il cède à la tentation d’user de la magie, et il sera puni. Comme Gandalf le fait remarquer au début du second livre, Frodo a commis sottise sur sottise : “‘you are lucky to be here, . . . after all the the absurd things you have done since you left home'” (235).

La première tentation advient à l’apparition des Cavaliers Noirs : “A sudden unreasoning fear of discovery laid hold of Frodo, and he thought of his Ring” (88). L’Anneau lui apparaît comme le moyen de se sauver du péril, mais pour cette fois, il ne cède pas à la tentation, bien que sa main touche “the chain on which it hung,” puisque : “At that moment, the rider sat up, and shook the reins” : l’ennemi s’éloigne. Mais la seconde fois qu’un Cavalier Noir paraît, il n’est pas loin de céder : “Once more the desire to slip on the Ring came over Frodo ; but this time, it was stronger than before” (92). Il est alors providentiellement sauvé par les Elfes, dont la présence chasse le cavalier. Ainsi l’emprise de l’Anneau grandit-elle avec le temps, accrue par la présence du Mal. Le destin de Frodo est semble-t-il de voir son esprit de plus en plus asservi, et son corps même s’estomper de plus en plus, puisque l’on sait d’ores et déjà qu’il doit se rendre dans le royaume du Mal pour espérer s’en délivrer. Ce mouvement personnel de déclin se poursuivra en tout cas tout au long du premier livre, et Frodo ne sera guère sauvé que par l’intervention providentielle de ses amis.

Certes, il a encore la tentation de glisser l’Anneau à son doigt lorsqu’il se trouve prisonnier des spectres : “Then a wild thought of escape came to him. He wondered if he put on the Ring, whether the Barrow-wight would miss him, and he might find some way out” (156). Mais ici, la ligne dramatique vient à être rompue, et Frodo trouve plus aisé de ne pas céder, sans doute parce que les “Barrow-wights” ne sont pas liés directement à Sauron.

À Bree, cependant, Frodo cèdera réellement à la tentation, au moment, peut-être, où il en aura le moins besoin : c’est sous l’emprise de la boisson et du plaisir festif qu’il se rendra invisible. C’est, du reste, symboliquement en tombant qu’il glisse l’Anneau à son doigt ; et cela constituera le début de ses réels ennuis, comme si, après la joie, devait inexorablement venir la déchéance.

À Weathertop adviendra donc la majeure faute de Frodo, et là en sera-t-il aussi le plus puni. Attaqué par les Cavaliers Noirs, “his terror was swallowed up in a sudden temptation to put on the Ring. . . . Not with the hope of escape, or of doing anything, good or bad: he simply felt that he must take the Ring and put it on his finger” (212). Cette fois, la véritable nature de sa chute est quelque peu clarifiée : c’est la logique même des choses qui le pousse à enfiler l’Anneau, comme si la magie était devenue normale et une partie intégrante de la réalité, comme si on devait tout naturellement, et sans raison particulière, être amené à en user face au péril physique : la déchéance est irrationnelle tout en demeurant inéluctable précisément parce qu’elle est insérée dans la succession des faits. Dès lors, Frodo est dans le monde du Mal, et c’est physiquement que les Cavaliers Noirs parviennent à le blesser : le poison entre dans son corps autant que dans son âme et cette blessure le fera souffrir jusqu’au bout.

(À suivre.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.