Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 1 : le sort mélancolique des peuples anciens

L’étude complète d’une œuvre littéraire comporte inéluctablement un chapitre consacré à son univers, qu’il soit ou non considéré comme “imaginaire”. Dans le cas de The Lord of the Rings, il semble à première vue peu difficile de montrer que la sensation de déclin est fondamentale. L’impression de mélancolie qui se dégage de sa lecture est particulièrement forte. Cela va plus loin que la simple tristesse.

La raison principale pourrait être que le lecteur se met à la place du personnage principal, Frodo, qu’il ressent durement ses épreuves, et qu’il ne laisse pas de se sentir lui-même abîmé par les évènements : de l’existence de ce personnage, il ne sort aucune victoire, aucune joie. Mais on a pu soutenir que Sam était peut-être le véritable personnage principal. Or, il connaît un destin que l’on pourrait somme toute souhaiter, et qui est assez comparable à celui qu’avait Bilbo dans The Hobbit : après bien des aventures qui le dépassent et des problèmes qu’il parvient à résoudre par les moyens modestes de son bon sens, ainsi que par une fidélité absolue à des principes fondamentaux, il rentre chez lui, se marie, et a beaucoup d’enfants. Mais cela encore est dominé par la mélancolie.

Le sort des autres personnages est lui-même ambigu. Les mortels de la nouvelle génération ne sont pas les mortels de l’ancienne : plus sages, peut-être, ils paraissent parfois manquer de force et d’héroïsme. Quant aux races vouées à la disparition, elles sont nettement supérieures à celles qui sont appelées à régner sur la terre : Gandalf, le plus grand des immortels de la terre du Milieu, retourne sans véritable regret dans sa véritable patrie, le séjour des dieux de l’Ouest. L’Elfe Legolas prend avec lui, dans l’Ouest, le Nain Gimli, représentant si l’on peut dire de la plus modeste des races mythiques, et tous deux, quoique avec davantage de regrets, quittent aussi le monde périssable où les mortels évoluent. C’est peut-être avec ces Nains et Elfes que le sentiment de mélancolie touche à l’extrême.

Les Elfes se trouvent en effet dans une situation très particulière, puisqu’ils sont venus de l’Ouest et du séjour des immortels, et qu’ils ont colonisé la terre du Milieu, y imposant les conditions qui sont celles de leur patrie originelle : protégés par leurs sortilèges et leur puissance, ils ont pu faire de la terre du Milieu une nouvelle patrie. Or, la destruction de l’Anneau leur fait perdre cette puissance, et ils ne peuvent plus, après qu’elle est advenue, imposer l’immortalité aux choses mortelles : eux-mêmes sont réduits à l’alternative de mourir ou de partir.

L’Anneau est en effet l’objet qui permet de rendre la terre immortelle, qui permet de la rendre comparable au séjour des dieux : il contient en lui le rayonnement de cette terre divine, ou tout au moins angélique. Mais la volonté de Dieu était de laisser la terre du Milieu aux Hommes, et la présence des Elfes est la conséquence d’une rébellion de leur part. Lorsque l’ordre revient, les Elfes participent en rentrant dans le pays dont ils sont les légitimes propriétaires, et en quittant leurs colonies : leur empire disparaît.

Le sentiment de déclin qui domine le livre est lié à cette situation : il est conséquent à la perte de l’immortalité. C’est au fond une illustration du mythe du paradis perdu. Le lecteur se sent peut-être surtout proche de la terre du Milieu tout entière, car elle est le véritable personnage principal.

(À suivre.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.