Le problème de la preuve: la question de la motivation de la restauration des évêchés de Maurienne et de Tarentaise en 1825

Il y avait, dans ma thèse, une allusion à quelque chose dont avait parlé Christian Sorrel dans un article, et Christian Sorrel se trouvait dans mon jury de soutenance. Mais il n’était pas content, car des faits qu’il relatait, je n’avais pas tiré le même enseignement que lui.

Il s’agissait de la restauration curieuse des évêchés de Maurienne et Tarentaise, en 1825, après leur suppression par la France révolutionnaire. Les débats montraient que deux partis s’opposaient: un parti mythologique, fondé sur les traditions de ces évêchés remontant à saint Pierre ou Charlemagne, et un parti rationaliste, fondé sur l’organisation efficace de l’Église catholique. Or, dans les faits, le parti mythologique a gagné, et cela illustrait mon idée que la Savoie de ce temps était tournée, culturellement, vers le mythologique.

Mais ce n’est pas cela qu’il faut démontrer, bien sûr. C’est tout autre chose! Et, dans son article, Christian Sorrel a émis deux affirmations gratuites. La première est que, en 1966, les deux évêchés en question auraient été supprimés définitivement: l’historien se projetait sans preuve vers l’avenir,  sans doute parce qu’il voulait croire que l’humanité va vers toujours plus de rationalité. C’est un dogme. Il est faux. J’en suis convaincu. Mais libre à lui, et aux autres historiens agréés par l’Université, de croire autre chose.

L’autre affirmation selon moi gratuite de M. Sorrel est que si la balance a penché en faveur du parti mythologique, c’est parce que le roi du temps, Charles-Félix, y aurait vu un intérêt stratégique militaire. A priori, on ne voit pas le rapport entre les évêques et les soldats, et le fait est que, dans l’article, l’historien ne cite pas, par exemple, une lettre, ou même une parole rapportée de Charles-Félix où il aurait exprimé son intention. Il n’explique pas non plus le rapport qui aurait pu exister entre le clergé et l’armée; il en parle comme s’il était évident – et comme l’intention supputée est clairement matérialiste et égoïste, on se dit que mais oui, bien sûr, c’est la solution, c’est très vraisemblable, tandis que l’attachement aux figures mythologiques ne l’est guère!

J’ai laissé de côté, dans ma thèse, cette affaire de stratégie à mes yeux mal étayée, et suis resté attelé aux faits. Je ne pense pas qu’on puisse me reprocher de ne pas avoir épousé le dogme matérialiste qui attribue sans preuve des comportements égoïstes aux peuples ou aux princes. L’intention supputée de Charles-Félix restera improbable tant qu’on n’aura pas trouvé de document intime l’attestant. On peut aussi supputer que lui attribuer de telles intentions ressortit à la jalousie, ou à la peur du mythologique et à ce qu’il a d’attirant pour l’être humain – bien plus présente dans le matérialisme que le goût de la véracité, quoi qu’on dise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.