Louis de Vignet et la gloire des vieux comtes

Le premier poète savoisien qui naquit de la poésie de Lamartine ; le premier qui ait cherché à faire des vers à sa suite et sur son modèle, est indéniablement son ami Louis de Vignet (1789-1837). Plus âgé que lui d’un an, il l’avait fréquenté au collège de Virieu ; il reprit plus tard contact avec lui, cherchant à entretenir une correspondance1. Ils s’échangèrent sans tarder des poèmes. Ceux de Vignet étaient marqués par une mélancolie proche du désespoir, à peine tempérée par la religion, et prenaient généralement comme sujets des événements et des objets domestiques. Ceux-ci faisaient naître en lui des réflexions qui accordaient peu à l’Homme et à la Terre. Un exemple typique en est À ma Lampe, qui fut longtemps attribué à tort à Lamartine, et daterait de 1823. On y trouve les vers suivants :

Ah ! ta flamme a toujours étonné ma pensée :
Emblème révéré – bienfait ou châtiment –
Puissance inconcevable entre mes mains laissée,
Sœur de la nuit et du néant !

(…)

Voyez-la s’élancer avec impatience !
C’est un esprit d’en haut parmi nous retenu
Qui nous quitte et s’envole, et, comme l’existence,
Va chercher le but inconnu !

La nature est partout vers son terme entraînée.
Ce qu’on nomme la mort est à peine un sommeil ;
L’insecte aura son jour, la fleur sa destinée,
Notre argile aura son réveil.

Savons-nous les secrets de toute la nature ?
De chaque bruit du soir perdu dans l’horizon,
Du nuage qui passe et flétrit la verdure,
Et des feux errants du vallon ?

Savons-nous le secret du nid de la colombe ?
Avons-nous bien compris la douleur et l’amour,
Le berceau de l’enfant renversé dans la tombe,
Et la nuit qui succède au jour ?

Le murmure des vents n’est-il point un langage ?
La feuille un livre ouvert où s’égarent nos yeux ?
Le torrent qui féconde ou détruit son rivage
N’a-t-il rien de mystérieux ?

N’allons pas soulever ces voiles salutaires.
Jusqu’au moment suprême où nous devrons tout voir,
Il vaut mieux ignorer que sonder les mystères,
Il vaut mieux croire que savoir.2

Cette idée qu’il faut croire aux mystères sans les percer peut être reflétée dans le premier recueil de Lamartine3 ; mais elle s’accorde mal, au fond, avec la suite de l’œuvre du maître, notamment les Visions (publiées en 1853), qui dépeignaient l’avenir lointain, Paris sous la forêt4 – ou La Chute d’un ange (1838), qui livrait quelques secrets du ciel et des temps antédiluviens. Même le présent céleste que vivent les défunts fut évoqué par lui dès les Harmonies poétiques et religieuses (1830)5.

Face à cela, Vignet se contentait, si on peut dire, de ressentir durement les tristesses incompréhensibles de la vie, comme dans ces vers dédiés À ma Fille morte :

On dit, mais ma douleur se refuse à le croire,
Que ces brillants palais de l’éternelle gloire
Auront tout embelli ;
Que la beauté chérie y renaîtra plus belle ;
Que tout ce qui chantait l’existence mortelle
Tombera dans l’oubli.

Félicité du cœur si tôt évanouie ;
Mes trésors de l’exil, amour, beauté, génie,
À jamais disparus !
L’homme, quand il vous perd, vous demande et vous pleure.
Il croit vous retrouver dans une autre demeure.
Il ne vous verra plus !6

La foi n’était pas toujours solide, dans cette âme inquiète qui ne voyait sur Terre et dans le monde que malheurs sans fin.

Son chef-d’œuvre fut peut-être le poème dans lequel il sortit enfin de lui-même pour célébrer la dynastie de Savoie. Il se faisait alors épique, et s’arrachait au modèle de Lamartine pour annoncer La Légende des siècles de Hugo. Il en raconta lui-même la genèse à son ami dans une lettre datée du 24 octobre 18207, évoquant une excursion effectuée parmi les ruines de l’abbaye d’Hautecombe :

Je me sentis alors la tête pleine de poésie, et j’écrivis en courant sur mon album quelques pages d’assez bon goût et tout à fait étrangères. Pour conserver l’impression de tristesse et de rêverie que j’éprouvais au milieu de tant de beautés de la nature […], j’y ajoutais une dizaine de stances, et dans ma fièvre de douleur j’ai écrit le reste comme tu le vois.

Il en est sorti Les Tombeaux de Hautecombe8, dont voici quelques « stances » :

Ils ont connu l’amour, la gloire et la puissance,
Les vertus, les combats, les sublimes efforts ;
Heureux ils dominaient un peuple à son enfance ;
Le chef et les soldats étaient simples et forts.

Des rochers menaçants ils habitaient les cimes ;
Autour de leur palais, comme un rempart sacré,
Une antique forêt étendait ses abîmes ;
Un fleuve sous leurs pieds s’écoulait ignoré.

[…]

Les Alpes s’étonnaient lorsque dans les nuits sombres
Les sentiers des chasseurs devenaient leurs chemins ;
Comme un rapide éclair ils passaient dans les ombres,
Ils brisaient en riant l’écorce des sapins.

Dors-tu, s’écriaient-ils, habitant des nuages ?
Dors-tu, de nos succès antique et cher témoin ?
Et l’aigle réveillé, poussant des cris sauvages,
Jusque sur l’Eridan les conduisait de loin.

Ils sont morts ! leurs vertus furent longtemps pleurées,
Leurs noms longtemps bénis. Ils furent trop heureux.
Et qu’importe la mort ? Des lèvres adorées,
Au retour du combat, essuyaient leurs cheveux.

[…]

Rhôde allait succomber ; Rhode, qui les implore,
Voit le saint étendard sur ses murs rétabli,
Cette croix que les cieux verront briller encore,
Quand les derniers soleils auront déjà pâli !

Des peuples opprimés leur glaive était la joie ;
Byzance dut la paix à leurs fameux travaux ;
Et la Grèce admira les lances de Savoie
Qui brillaient dans les champs de Mycène et d’Argos.

[…]

Jamais dans ses revers une plainte importune
Ne ternit le renom acquis par tant d’exploits ;
Enfants du vieux Bérold, plus grands que la fortune,
Avant que de régner vous étiez déjà rois !

Cette esquisse d’épopée néomédiévale ne manque pas de force. En Louis de Vignet vivait encore la vieille tradition. C’est ce qui le poussa, sans doute, à rejeter Lamartine quand il s’avisa de trouver attrayante la gnose et d’évoquer les anges à sa manière propre, et qu’il crut bon, également, de trouver belle la poésie arabe et musulmane et d’estimer qu’Allah et Dieu n’étaient qu’un même être, dans son Voyage en Orient (1835).

Notes :

1. Cf. Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Lettres d’Alix de Lamartine. Lettres de Louis de Vignet. Textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 464.

2. Poème cité par Victor SÉCHÉ, Les Amitiés de Lamartine, Paris, Le Mercure de France, 1911, p. 33-36.

3. Voir par exemple, dans les Méditations poétiques, le poème L’Homme : « Notre crime est d’être homme et de vouloir connaître : / Ignorer et servir, c’est la loi de notre être. » (V. 43-44.)

4. Voir les Visions dans l’édition de Jocelyn, Paris, Hachette, 1882 : notamment p. 357.

5. Dans le poème Hymne de la mort notamment.

6. Cité par Victor Séché, p. 334.

7. Voir Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Lettres d’Alix de Lamartine. Lettres de Louis de Vignet. Textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 446.

8. Cités par V. Séché, p. 329-333.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.