Adelin Ballaloud par Mickaël Meynet

Mickaël Meynet, l’auteur des Frahans (2009)1, publie un nouveau livre, consacré à Adelin Ballaloud (1823-1881), homme politique savoyard du dix-neuvième siècle, libéral et nourri de symbolisme maçonnique, et qui a œuvré à Samoëns, dont il fut syndic et maire. Il est sous-titré Un républicain précurseur, et on voit apparaître sur la couverture, également, que j’en ai assuré la préface. Et quoi de plus normal ? Il est excellent, et restitue parfaitement l’atmosphère politique de la Savoie du Risorgimento, à l’époque du Statut constitutionnel de 1848 : un fort courant libéral s’est alors fait jour, plein d’enthousiasme, et a commencé à faire pièce au parti conservateur et catholique, majoritaire. En particulier, dans le Faucigny, il était puissant, par l’influence de Genève2.

Ma famille étant de Samoëns j’ai été amené à étudier en particulier l’histoire de cette paroisse, et à travailler aussi sur Jean-Alfred Mogenet, mon arrière-grand-oncle, poète dialectal qui politiquement était à l’opposé de Ballaloud : je prépare une édition bilingue de son œuvre, avec mon camarade Marc Bron.

Les positions étaient claires, et tranchées : Ballaloud pensait que le progrès amenait « le bien-être de tous »3 ; Jean-Alfred Mogenet le regardera comme dénaturant l’être humain et provoquant sa déchéance morale, en coupant son lien avec des traditions abritant la divinité4.

Les Ballaloud n’étaient pas originaires de Samoëns, mais de la vallée de l’Arve ; Adelin, même, s’est marié avec une Genevoise.

J’ai aimé le livre de Mickaël Meynet parce qu’il fait apparaître l’intériorité de Ballaloud, son âme : il ne se contente pas des faits extérieurs. Il le montre fasciné par les symboles maçonniques hérités de ses ancêtres5, qui les avaient acquis avant la Révolution : il les contemplait dans son château du Bérouze et il sentait naître en lui la flamme. Celle-ci s’est cristallisée ensuite dans ses écrits, rédigés à l’intention de l’association de la Pipe-gogue, se réclamant de la fumée du tabac où sont enclos des mystères et des assemblées païennes jadis interdites par l’Église6. Puis, devenu secrétaire de la Société des Maçons (issue de la confrérie des Frahans, ou tailleurs de pierre de Samoëns), il déploie, dans ses comptes-rendus de séance, un utopisme social mêlé d’humour7.

Jean-Alfred Mogenet bientôt essayera de son côté de s’enflammer une fois encore pour les symboles traditionnels, les croix, les chapelles, les oratoires, et ce qui était lié aux ducs de Savoie8 ; ce n’était pas facile. Les temps n’y étaient pas favorables. Ballaloud avait le vent en poupe et il devint maire sous Napoléon III, chargé de faire passer les décisions du Préfet auprès des habitants9. Ce n’était pas facile non plus, et le romantisme était fini : Ballaloud était devenu une sorte de moraliste laïque.

Il faut dire que l’antagonisme symbolisé par ces deux camps existe toujours plus ou moins à Samoëns, et qu’il donne lieu à quelques batailles.

Un livre donc très éclairant que celui de Mickaël Meynet pour bien comprendre les enjeux politiques internes à la Haute-Savoie, le socialisme y étant resté assez minoritaire.

Mickaël Meynet
Adelin Ballaloud 1823-1881. Un républicain précurseur
Le Tour Livres
160 pages
18 €

Notes :

1. Samoëns, Le Tour, 2008.

2. Voir Sylvain MILBACH, L’Éveil politique de la Savoie – Conflits ordinaires et rivalités nouvelles (1848-1853), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

3. Op. cit., p. 147.

4. Le montre par exemple le poème « Le Corzolet » (lampe à huile), publié dans l’Echo des paroisses du Haut-Giffre de février, mars et avril 1913 ; en remplaçant la vieille lampe, une lanterne électrique a laissé un vide moral, car l’autre guidait les hommes sur le chemin spirituel : « Pauvre lampe à huile,  l’air de tristesse / Qu’il y a partout m’a désorienté, / Rallume-toi, montre-moi, cela presse, / Le chemin de l’Eternité » (trad. M. Bron).

5. Op. cit., p. 23.

6. Op. cit., p. 29.

7. Op. cit., p. 56.

8. Ce sont les principaux sujets de ses poèmes.

9. Cf. op. cit., p. 97-99.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.