L’Olympe disparu de Maurice Dantand (4) : des notes labyrinthiques

La dernière fois, j’ai essayé de comprendre le rejet dont Maurice Dantand fait l’objet en évoquant son style plutôt étrange, pouvant s’expliquer parce qu’il était issu d’une lignée de conteurs en patois. Mais il y a plus : son système de notes atteste de son peu de sens des usages éditoriaux, et même de son peu de faculté à organiser globalement son discours. Il n’est pas fou : il n’y a pas d’erreur dans le labyrinthe de ses notes ; mais il est naïf s’il pense que cela n’indisposera pas le lecteur ordinaire.

En effet, il a le culot de proposer des notes de notes, et même des notes de notes de notes : c’est à tiroirs.

Certes, dans les deux premiers volumes de L’Olympe disparu (1881 et 1886), il n’y a aucune note : tout à son épopée des dieux exclus du monde par Jéhovah, il ne tente pas d’explication secondaire. Cela se présente comme un poème en prose. Les notes commencent quand, dans Le Gardo (1891), il se réfère à des traditions qu’il n’invente pas, mais reprend.

Donnons un exemple : la note 5 de la page 75 du Gardo explique ce qu’est « l’Hébo », un rite thononais ancien de purification des torts qu’a chacun vis à vis d’autrui, de nature originellement païenne mais s’appuyant sur des sacrements chrétiens. En bas de la page, Dantand le décrit jusqu’à la page 78 ; puis, au même emplacement, commencent des notes à cette note,  indiquées par des lettres dans l’ordre de l’alphabet, et allant jusqu’à K, p. 123 !  Le plus fort est qu’à leur tour ces notes secondaires ont des notes, indiquées par la lettre suivie d’un chiffre : a1, a2, a3, etc. Plus loin on trouve i1, i2, etc. Or, cela repousse toutes les notes primaires, de telle sorte que le texte de la note 6 est à la page 123, alors qu’elle renvoie, dans le texte principal, à la page 87 ! Si le compte y est toujours, on éprouve d’assez grandes difficultés à s’y retrouver. Cela a jadis découragé un éditeur de notre connaissance à rééditer ce Gardo, qui souhaitait que les notes soient muées en contes à part entière ; or cela n’avait guère de sens, car les contes sont numérotés, et se nomment « Gardo I », « Gardo II », etc. Mieux encore, les nombres de cet ouvrage passent pour avoir un sens secret, comme ceux des chants de la Divine Comédie de Dante. Il n’était donc pas possible de les changer.

Le dernier volume de L’Olympe disparu (1906) est appelé Livre V, ce qui est pour le moins étrange : les « livres » ne suivent pas le déroulé des volumes physiques, mais certains en contiennent plusieurs, qui ne font d’ailleurs parfois que quelques pages. Le plus déroutant est que ce dernier volume commence par contenir ce qui apparaît comme une suite du Gardo : il s’y trouve essentiellement des traditions thononaises, des chansons en patois et des descriptions de rites. Puis, à la page 100, reprend L’Olympe disparu proprement dit, avec le « Déclam XLVI » (le texte de L’Olympe est divisé non en chapitres ou chants, mais en « déclams »). Or, le volume précédent se terminait par le « Déclam XXXV »1. On pourrait penser qu’il manque un volume ; mais le « Livre IV » est bien dans ce second volume de 1886, commençant à la page 305 et finissant à la page 310 par un sommaire dans lequel ne se trouvent que les titres des Déclams XXXVI à XLV.

Sans être aussi complexes que celles du Gardo, les notes de la première moitié du Livre V peuvent avoir des notes secondaires, mais placées en bas de page et cette fois juste indiquées « (N) »2. Les notes de troisième niveau sont appelées N1, N2, N3, etc. En outre, les notes primaires ne sont plus placées en bas de page, mais à la fin du chapitre, ce qui est censé faciliter la lecture ; mais elles courent de 1 à 19 de la p. 42 à la page 99, c’est à dire que le texte en est plus long que le texte principal. On a pu reprocher à Dantand son labyrinthe de notes du Gardo et il a pu essayer d’en tenir compte ; mais son tempérament spontané, son désir d’en dire toujours plus, et son manque de capacité à organiser ce dont il avait envie de parler ont repris le dessus, créant de nouveau un labyrinthe bizarre. D’ailleurs, si les notes appelées « N » sont écrites en plus petit, celles allant de 1 à 19 ont la même taille que le texte principal, ce qui trouble encore : le problème n’a pas été résolu.

Nous ne savons pas si les textes de Dantand, avec leurs rangements erratiques, cachent un trésor (comme le dit la légende familiale, à nous révélée par Freddy Touanen, l’excellent auteur d’un recueil de légendes chablaisiennes3, et confirmée par une petite-nièce de Dantand), mais le labyrinthe de ses notes et même de ses chapitres suggère un esprit pour le moins vertigineux. Il était peu soucieux de forme : seule l’intensité de ce qu’il avait à dire l’intéressait. Il ne s’occupait pas d’avoir du succès, d’être approuvé, mais de faire des révélations. Les doigts pour ainsi dire lui brûlaient, et le souffle se pressait à ses lèvres. S’il avait un plan clair pour la matière même dont il parlait, s’il retombait toujours sur ses pieds, il négligeait assurément la présentation de ses paroles. Tout se passe comme si, pressé par l’importance, l’étendue et la beauté de ce qu’il avait à dire, il estimait n’avoir pas le temps de mieux organiser son texte.

Il n’avait pas d’ambition littéraire : il se voulait juste le continuateur d’une tradition de conteurs, d’une part, et l’héritier des anciens poètes-prophètes, d’autre part. À d’autres, peut-être, de réorganiser ses dires, ses informations, et de les transmettre à la postérité. Mais son nom pouvait-il rester immortel avec cette carence d’organisation du discours ? De nouveau, s’il avait eu un éditeur scrupuleux, tout aurait pu être changé. Mais il travaillait seul.

Notes :

1. Maurice-Marie Dantand, L’Olympe disparu, Thonon, Dubouloz, 1886, p. 283.

2. Cf. Maurice-Marie Dantand, L’Olympe disparu. Livre V, Thonon, Dubouloz, 1906, p. 54.

3. Freddy Touanen, Les Mystères de la montagne, Yens-sur-Morges, Cabédita, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *